La discrimination directe basée sur le sexe

La discrimination directe fondée sur le sexe désigne une situation dans laquelle une personne est traitée de manière moins favorable qu’une autre personne dans une situation similaire en raison de sonsexe.

Une discrimination directe fondée sur le sexe est par exemple une situation dans laquelle un service est fourni seulement à une femme ou seulement à un homme ou si un prix différent est réclamé pour ce service aux hommes et aux femmes. La discrimination directe fondée sur le sexe survient aussi quand un employeur ne recrute pas une personne seulement ou surtout s’il s’agit d’un homme ou d’une femme. Ce type de situation se produit souvent en raison de préjugés. Par exemple en ne tenant pas compte de la candidature d’une femme lors d’une sélection : l’employeur croit que l’emploi ne convient pas aux femmes ou que une femme pourrait tomber prochainement enceinte. Les préjugés concernent aussi les hommes :un employeur peut penser qu’un homme n’a pas les qualifications et les conditions préalables nécessaires pour prendre soin d’un enfant ou d’une personne âgée. Il peut également penser qu’un homme ne restera pas longtemps à un certain emploi pour un faible salaire.

Une discrimination directe fondée sur le sexe peut aussi être un harcèlement fondé sur le sexe et un harcèlement sexuel.

Selon les dispositions légales estoniennes, une discrimination directe fondée sur le sexe est également un traitement défavorable, en cas de grossesse, d’accouchement, de paternité ou de maternité, ou d’accomplissement de ses obligations familiales ou d’autres circonstances fondées sur l’appartenance sexuelle.

La discrimination directe fondée sur le sexe intervient aussi quand un employeur traite une femme enceinte moins favorablement qu’une autre femme qui ne l’est pas ou un homme avec des enfants moins favorablement qu’un autre homme sans enfant.

La discrimination directe fondée sur le sexe dénote également une attitude malveillante à l’égard des personnes qui comptent sur les droits et les obligations établis par la Loi sur l’Egalité des Sexes pour protéger leurs droits et ceux de tiers. Cela signifie que l’employeur a l’interdiction de persécuter une personne qui a déposé une plainte en discrimination. De même l’employeur ne peut refuser de recruter une personne sous le prétexte qu’elle avait auparavant fait valoir ses droits.

Dans le cas d’une discrimination directe, que le comportement fut causé de manière inconsciente ou malveillante n’a pas d’importance.